Un audioguide pour mieux s’imprégner d’Iqaluit

De prime à bord, je n’ai jamais été un grand amateur d’audioguide. Il faut dire que la plupart des audioguides que j’ai écoutés dans ma vie sont ces systèmes audio étranges qu’on nous sert parfois dans les musées. Ce qui arrive, c’est que je n’ai souvent pas le temps de me laisser imposer le rythme de ma visite. Je ne prends souvent que trente minutes/une heure pour visiter le musée alors je marche vite et m’arrête que sur les pièces qui m’intéressent davantage. Avec ces dispositifs, on nous impose un rythme et des interprétations qui me font me sentir prisonnier.

Par contre, j’apprécie toujours le contenu qui m’enseigne énormément de choses. J’aime aussi beaucoup les livres audio que je peux écouter en marchant à mon travail, en cuisinant ou en faisant du ski de fond. Ils sont une merveilleuse façon de me nourrir l’esprit.

On ne passe pas qu’une heure ou deux dans une ville, on y vit plusieurs jours, voire plusieurs années et, dans mon cas en tout cas, je les parcours de fond en comble et prends beaucoup de plaisir à en découvrir les grandes avenues comme les recoins, qui cachent parfois des secrets bien gardés.


Avec l’audioguide d’Iqaluit, ce que j’apprécie, c’est qu’on peut découvrir la ville à notre rythme, on n’a pas payé pour une entrée qui n’est valide que pour la journée. On peut écouter quelques capsules dans son salon. On peut en écouter quelques autres en faisant son jogging ou en se rendant chez un ami.

Bien sûr les touristes pourront l’écouter en respectant le circuit proposé et, franchement, avec la très utile carte de la ville qui l’accompagne, je trouve que c’est un super médium pour découvrir Iqaluit. Mais ils pourraient aussi bien l’écouter dans l’avion avant d’arriver en ville ou encore en la quittant.

Les informations qu’on y trouve nous laissent avec le sentiment de posséder notre environnement. La ville acquiert une profondeur renouvelée. On a moins le sentiment d’être étranger et on peut ensuite faire le coq en société en étalant son nouveau savoir.

Je dois vous avouer maintenant que j’ai personnellement travaillé à la réalisation de ce projet. Je suis responsable des communications à Carrefour Nunavut, le seul organisme francophone de développement économique du Nunavut. Vous pouvez penser alors que je ne fais que vous vendre ma salade, et en dehors du fait que l’audioguide est complètement gratuit, vous n’auriez pas tout à fait tort; je suis fier du résultat. Je crois aussi que je suis la personne tout indiquée pour vous raconter un peu comment ça s’est passé.

Ce fut un travail de 15 mois! Et je ne vous cacherai pas qu’on a rencontré des embuches : délais dans les échéances, ménager les égos de certains collaborateurs, réparer des erreurs, entrer au bureau parfois durant la fin de semaine pour respecter des délais, etc. Le travail sur le contenu du texte a nécessité le plus d’efforts. Le texte a été d’abord rédigé en français, puis traduit en anglais. C’est cette version qui a été relue et commentée par le plus grand nombre de personnes. Puis la version finale a dû être traduite en inuktitut et on a dû modifier la version française. Quelques erreurs ont été découvertes après ce processus et vous pouvez imaginer ce que cela signifie en termes de traduction. J’ai personnellement dû lire le texte une vingtaine de fois et je peux vous le réciter par cœur!

Malgré ces petits désagréments, j’ai toujours été heureux de travailler sur l’audioguide. Je suis fier de ce que nous avons accompli et maintenant que tout est terminé et qu’une partie de mon agenda s’est libéré, je suis prêt pour une phase deux! J’aimerais en effet qu’il y en ait pour d’autres sujets et d’autres communautés. Je verrais bien un audioguide pour Pangnirtung ou Kimmirut, ou plus de capsules culturelles par exemple.

L’idée principale derrière l’audioguide est d’enrichir l’offre pour les visiteurs de notre magnifique territoire. Le tourisme ne doit pas être négligé dans le développement économique d’une région. En 2011, le tourisme a généré 40 millions de dollars et permis d’embaucher 1 258 Nunavimmiuts. Il y a beaucoup de potentiel pour le tourisme au Nunavut. Et il ne faut pas oublier les marchés francophones qui renferment un grand potentiel de développement.

La réalisation d’une deuxième phase de l’audioguide est entre vos mains maintenant. Si la popularité de cette expérience est bonne, on pourra se lancer dans une nouvelle aventure, pour le plaisir de l’esprit et de nos oreilles.